Rencontre avec Nathalie, auteure du Petit Manuel du Cheveu Crépu (lpmdcc)

/, Coup de coeur, Interview/Rencontre avec Nathalie, auteure du Petit Manuel du Cheveu Crépu (lpmdcc)

IMG-20160528-WA0014

Bonjour Nathalie, pour nos lecteurs qui ne te connaitraient pas encore, peux-tu te présenter et nous présenter brièvement ton parcours ?

Bonjour à tous !

Je suis Nathalie, auteure du livre intitulé Le Petit Manuel Du Cheveu Crépu et créatrice des pages Facebook, Instagram et Youtube éponymes.

En dehors de ça, je suis ingénieure en bâtiment et j’ai une passion dévorante pour les voyages.

As-tu toujours porté tes cheveux naturels (Nappy) ? Si non, quand fut ton Big Chop, et qu’est ce qui l’a motivé ?

En fait, j’ai défrisé mes cheveux au collège et jusqu’à l’âge de 20 ans, je les lissais fréquemment. Et puis, petit à petit j’en ai eu marre.
Me rendre machinalement au salon de coiffure pour appliquer ce produit dont je ne savais rien ne me convenait plus.
J’ai donc dit stop en faisant mon big chop en 2012.

Comment t’est venue l’idée de créer ce petit manuel ?

Quand on fait un choix comme le big chop, il faut bien peser le pour et le contre, savoir à quoi s’attendre. Ce n’était pas mon cas. Au début, j’ai donc eu beaucoup de mal à entretenir mes cheveux.
Mais heureusement, à force de persévérance, j’ai appris les bons gestes, les bonnes techniques.
Et lorsque j’ai commencé à prendre soin de mes cheveux et à afficher mon afro, j’ai reçu beaucoup de compliments, mais aussi plusieurs questions. Je recevais des messages d’encouragement mais aussi de désespoir. Beaucoup de filles me contactaient en me disant qu’elles avaient envie de faire ce choix mais elles  appréhendaient beaucoup l’entretien, le démêlage, etc.

J’ai donc essayé de les rassurer et de les conseiller. Comme je ne voulais pas devenir une youtubeuse, je me suis dit que résumer tout ça dans un livre pourrait être une bonne idée.

Avec toute la vague Nappy et les nombreux tutos et blogs sur le cheveu crépu n’as-tu pas eu peur de ne pas trouver une place ?

Il y a énormément de blogs, de pages Facebook ou Instagram, de chaînes Youtube, sur le cheveu crépu. Et je tiens à dire que c’est très bonne chose. Car plus on sera nombreux à véhiculer ce message, plus ça deviendra banal et in fine, plus aucune fille Noire n’appréhendera de garder ses cheveux naturels.

Néanmoins, ces pages sont très souvent axées sur les conseils d’entretien, elles donnent généralement des astuces pour se coiffer, pour créer une routine capillaire. Tout cela est très utile mais sur mes pages et ma chaîne Youtube, j’aborde la question du cheveu crépu sous un autre angle:
Au lieu que les filles soient passives et se contentent de poser les questions en attendant des réponses toutes faites, je veux qu’elles comprennent qu’elles ont leur mot à dire, qu’elles peuvent s’exprimer librement sur le sujet, partager leurs histoires, leurs anecdotes, leurs galères.

Un jour, une amie m’a dit: “Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime”.

Et bien souvent on oublie la douleur que peut causer la peur d’assumer ses cheveux, la honte ressentie en les laissant en afro au début. On oublie que dans notre société, garder ses cheveux naturels, c’est encore un acte de courage et que le courage, tout le monde ne l’a pas.

Sur mes pages, j’ai donc souhaité que les femmes (et les hommes) puissent s’exprimer sur le sujet afin qu’aucune douleur ne s’imprime en eux.

Ils sont nombreux à le faire par le biais de la rubrique #MaPetiteHistoireDuCheveuCrépu.

Je ne me sens donc pas en concurrence avec qui que ce soit, car je n’ai pas l’impression de faire la même chose.

Et même si c’était le cas, comme je l’ai dit au début, plus on sera nombreux, mieux on arrivera à valoriser nos beaux cheveux.

Qu’est ce qui rend donc le manuel unique ? Que retrouvera-t-on dans le manuel ?  Et à qui dirais tu qu’il est destiné ?

Sur mes pages, je ne donne pas de conseils car j’estime qu’il y a suffisamment d’informations sur la toile pour ça.

En revanche, dans le livre, je donne de nombreux conseils et astuces simples et efficaces qui permettront de manipuler ses cheveux sans problème.

Mais ce n’est pas tout. Je sensibilise beaucoup. Je pars du principe qu’on agit bien quand on sait ce qu’on fait.
Dire à une fille de ne pas peigner ses cheveux lorsqu’ils sont secs, c’est une chose: elle le retiendra peut-être.
Par contre, lui expliquer que lorsque ses cheveux sont secs, ils sont plus cassants et que si elle les peigne dans cet état, non seulement elle aura mal, mais en plus elle va perdre des cheveux et n’atteindra donc jamais la longueur souhaitée, c’est autre chose. Et ça, je suis persuadée qu’elle le retient mieux.

Dans le livre, je fais donc le parallèle entre ce que nous faisons et les conséquences de nos actes car une fois encore, je veux que les femmes noires se responsabilisent et prennent conscience que leurs actes ont un impact.
Il n’y a rien de plus triste que voir une femme se plaindre de son état capillaire mais perpétuer inconsciemment les actes qui engendrent cet état.

Je parle également de confiance en soi, chez la femme mais aussi chez l’enfant. Je donne quelques astuces pour que les enfants apprennent à aimer leurs cheveux dès le plus jeune âge.

Les sujets sont nombreux puisque j’aborde également les mythes liés aux cheveux crépus, la pousse et de la perte des cheveux et enfin, je parle de notre Histoire et de ses répercussions sur notre désamour du cheveu crépu.

Je pense que le livre s’adresse à toute personne intéressée par le cheveu crépu. Pas besoin d’avoir soi-même les cheveux crépus pour s’y intéresser.
Je souhaiterais vivement que les mamans, les papas, les grandes soeurs acquièrent ce livre pour éviter le traumatisme du démêlage que plusieurs d’entre nous ont connu dans l’enfance.
L’entretien du cheveu n’a pas à être difficile ou douloureux lorsqu’on sait s’y prendre, Le Petit Manuel Du Cheveu Crépu est là pour le prouver.

Cheveux crépus état des lieux 72ppp-1-1Comment s’est déroulée sa création ? J’ai vu que tu avais collaboré avec une illustratrice  (Ndlr. Natacha Nzé Ndong ), comment vous êtes-vous connues, et comment s’est passée la collaboration ?

Ce livre est le résultat d’une année de travail.
Pour l’écriture, je suis partie de quelques notes personnelles mais j’ai vite dû compléter par des recherches, des lectures, des documentaires.

Assez naturellement, j’ai pensé à illustrer mes propos. Car je suis de ceux qui pensent qu’une image vaut mille mots.

Au début j’ai voulu le faire moi-même car je dessine un peu.
Et puis, j’ai réalisé que ce serait trop de travail, et qu’inviter une autre personne à travailler sur ce projet pourrait être intéressant. J’ai tout de suite pensé à Natacha Nze Ndong, dont j’ai fait la connaissance à Nancy en 2009.

Elle a été conquise par le projet et nous avons donc commencé notre collaboration à distance au début de l’année 2016.
Je lui expliquais quelles illustrations je souhaitais pour le livre et elle les dessinait.
Dans plusieurs cas, c’est également elle qui me faisait des propositions. Ces mois de travail ont été intenses mais je suis pleinement satisfaite du travail réalisé et je pense que Le Petit Manuel Du Cheveu Crépu sera encore plus accessible grâce à tous ces dessins réalisés par Natacha.

Est-ce qu’il s’agit de ta première expérience en entreprenariat ? Si oui, comment furent ces premiers pas dans le milieu ?

Je suis une vraie boule d’énergies et j’ai toujours plusieurs idées en même temps, mais disons que Le Petit Manuel Du Cheveu Crépu est mon premier projet public. C’est celui qui implique le plus de personnes.

Quelque soit le domaine, le début est difficile, parce qu’on doute. On peut avoir l’impression que ce qu’on fait n’est pas vraiment innovant, pas vraiment intéressant. On avance à tâtons.

Pour ma part, deux choses m’ont convaincue que je faisais quelque chose d’utile: l’intérêt grandissant des gens pour mes cheveux et la participation active des filles sur les différentes pages.

Quel regard portes-tu sur la dynamique de la jeunesse africaine ?

Je suis une véritable afro-optimiste. J’ai foi en mon continent et selon moi, la jeunesse africaine est en marche vers le changement.
Je suis extrêmement fière car les Africains semblent avoir compris qu’il faut s’investir et ne pas attendre que tout tombe du ciel. Pour moi, c’est le début de quelque chose de grand.

Si tu avais un message à passer à tous ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’entreprenariat, que leur dirais tu ? 

Je leur dirais que la peur de l’échec ne doit pas les freiner. En fait, échouer prouve qu’on a essayé. Et on ne peut en ressortir que plus fort.⁠⁠⁠⁠Je leur dirais aussi que rien de grand ne s’est accompli en un jour, et que derrière chaque petite victoire, il y a une tonne de travail. Il ne faut donc pas rechigner à travailler, à essayer encore et encore, jusqu’à réussir.

Et enfin, quand pourra t-on acheter #lpmdcc ?

Le livre, dont le prix est fixé à 15€ est disponible dès ce mercredi 1er juin en prévente au moyen d’un financement participatif.  La prévente prend fin le 22 Juin et je compte donc sur votre participation.
En plus, il y a plusieurs cadeaux à gagner et les frais de port sont offerts vers toutes les destinations!

Voici le lien pour l’acheter: https://www.kisskissbankbank.com/le-petit-manuel-du-cheveu-crepu

#MAWSoutient et adhère!! et vous?


lpmcc
Facebook : Le Petit Manuel Du Cheveu Crépu
Instagram : @lpmdcc
Twitter: @lpmdcc
Youtube: Le Petit Manuel Du Cheveu Crépu

Connectez-vous et tenez vous prêts!

A bientôt !

Merci Nathalie

2016-10-18T11:29:48+00:00 29 mai 2016|Categories: Actualités, Coup de coeur, Interview|Tags: , , , , , , |0 commentaire

Laisser un commentaire