Portrait chinois de Barbara Guy, créatrice de “Bisous par Barbisous”

///Portrait chinois de Barbara Guy, créatrice de “Bisous par Barbisous”

My Afro’ Week aime mettre à l’honneur de jeunes créateurs et créatrices et aujourd’hui, notre regard s’est porté sur Barbara Guy, qui nous offre ici un portrait chinois sans retenue, nous présentant aussi “Bisous par Barbisous”.

12670890_947465222040096_7738601248875551341_n

Qui est Barbara Guy:

Née d’une mère mauricienne et d’un père franc-comtois, Barbara a paisiblement grandi en province. Ses parents l’initient très tôt aux travaux manuels : découpage, collage, puzzle… et ainsi, elle apprend à tricoter avant d’écrire; maîtrise la machine à coudre avant de passer le brevet et crée ses propres vêtements avant d’obtenir son baccalauréat. Elle s’oriente ensuite vers des études dans le textile et la mode qui l’amènent rapidement à vivre sur Paris.

Après 9 ans d’expérience dans le milieu, elle officialise sa marque en la nommant « Bisous » comme le tag qu’elle utilisait dans la rue, une signature positive pour représenter une partie d’elle-même.

Bisous par Barbisous

La signature naît en 2013 d’après des morceaux de papier que Barbara laissait à ses invités. Une envie d’envahir les rues la pousse à tagger ce mot doux et c’est ce dernier qu’elle choisit pour ses créations.

En 2015, Barbara trouve ses premières clientes grâce au bouche à oreille, ainsi qu’à internet, en proposant des vêtements sur-mesure. Les tissus wax, imprimés floraux font le succès des formes qu’elle propose. Avec le soutien de Stéphara, créatrice de PALLAYA et du concept BeShellbè®, elle participe à ses premiers salons en proposant des snoods en wax et doudou. Le ton est donné, Bisous par Barbisous proposera des accessoires et des vêtements sur-mesure.
En 2016, la marque se développe sur la toile, propose des ateliers de couture et continue le sur-mesure. Affaire à suivre et de très près.

 

Mots de la créatrice

Chez Bisous par Barbisous, il n’y a que du 14053990_1039193266200624_5129729729552819384_nfait-main et de petites séries. je choisis les tissus en fonction de mes envies et je couds tout depuis mon atelier parisien. Peu de stock donc, et tout se fait sur commande. Le wax fait sans nul doute partie de l’ADN de la marque Bisous.

Attirée par les coloris, les motifs et la matière des pagnes, j’ai souhaité les mettre en avant dans mes produits. Mais qu’à cela ne tienne, mes créations étant faites à vos goûts, rien n’empêche de passer commande dans d’autres tissus !”

Mot de la fin

Je n’invente pas le fil à couper l’eau chaude…”
Cette phrase, qui n’existe pas, reflète bien mon état d’esprit pour ma marque. Je n’invente rien qui n’ait jamais été proposé mais je le propose à ma façon.


13344494_989268411193110_3999674314866850556_nPortrait chinois de Barbara Guy:

Si tu étais un tissu, tu serais: un bogolan indigo, mon obsession du moment.


Si tu étais une maison de haute couture, tu serais:
Azzedine Alaïa, pour sa vision de l’habillement de la femme, son humilité.

Si tu étais une tenue phare, tu serais: un sari violet avec des dorures.

Si tu étais un vêtement de femmes ou d’hommes (jupe, robe…), tu serais: un kimono en wax, évidemment!

Si tu étais un accessoire de mode, tu serais: une bague de pied, ce bijou intime et improbable pour le monde occidental.

Si tu étais un grand couturier, tu serais: Madame Grès, pour son drapé et plissé; ou Madeleine Vionnet, en plus de faire un travail magnifique, elle avait une vision sociale et féministe superbe.

Si tu étais une couleur, tu serais: le fluo.

Si tu étais une enseigne de prêt-à-porter, tu serais: Undiz! Une enseigne déjantée!

Si tu étais la jeune créatrice ou le jeune créateur d’une autre marque, tu serais: Natacha Baco.dsc_0116

Si tu étais une capitale de la mode, tu serais: Londres, pour son côté tea time à la punk.

Si tu étais un artisanat, tu serais: le tricot.

Si tu étais un bijou, tu serais: un piercing ou une bague deux doigts.

Si tu étais une icône de mode ou/et une égérie, tu serais: Grace Jones ou Katoucha Niane.

Si tu étais un art, tu serais: le graffiti.

Si tu étais Barbara Guy, pas créatrice de Bisous par Barbisous, tu serais: incomplète.

2017-01-06T16:55:38+01:0028 septembre 2016|Categories: Actualités, Interview|Tags: , , , , , , |Commentaires fermés sur Portrait chinois de Barbara Guy, créatrice de “Bisous par Barbisous”