Slice Up lance une campagne de crowdfunding pour former gratuitement la jeunesse africaine

///Slice Up lance une campagne de crowdfunding pour former gratuitement la jeunesse africaine

De milliers de jeunes africains rêvent de pouvoir un jour réaliser un film, un court métrage, un documentaire. Certains veulent devenir des journalistes… Pour eux cela semble impossible car ils n’ont pas les moyens financiers nécessaires pour suivre des formations ou acheter des outils numériques adaptés pour faire des vidéos et prendre des photos.

Il faut noter que dans certains pays africains les formations peuvent être inadaptées.

En effet, les formations au journalisme sur le continent africain sont rares. Elles manquent de ressources et n’intègrent pas le numérique dans leurs programmes. Ces jeunes journalistes sont souvent dépendants des vieux médias, et peinent à créer des espaces médiatiques autonomes.

Ainsi, Elsa Miské et Nicolas Baillergeau ont décidé de changer la donne et de permettre à plusieurs jeunes africains de réaliser leurs rêves à travers le projet Slice Up.

 

Découvrez le profil des initiateurs

Elsa Miské et Nicolas Baillergeau se sont rencontrés en juin 2016. Ces deux acteurs de l’écosystème digital ont décidé de partager leur passion pour le numérique avec la jeunesse africaine afin de faire d’eux les protagonistes du  milieu journalistique et digital africain.

Elsa est Franco Mauritanienne et elle a travaillé entre Paris, Londres, Dakar et Johannesburg. Elle est spécialisée dans la création de contenu web et le design thinking. Elle est consultante et formatrice en stratégies digitales.

Nicolas réalise principalement des sujets en Afrique pour différents programmes d’Arte, RTS et DW.  C’est un réalisateur et monteur indépendant. Parallèlement, il développe des projets de formations en Afrique.

Pour eux, l’idée est de former les journalistes aux outils numériques et de leur permettre de se professionnaliser gratuitement. Ils veulent utiliser principalement les smartphones. Si en matière de journalisme et de blogging, l’usage du smartphone s’est démocratisé, il reste à travailler la maîtrise de l’outil et tout ce qui l’accompagne : l’éclairage vidéo, le travail autour du son, etc. À Nouakchott, ils ont travaillé avec du matériel assez lourd comme des caméras, mais pour leur prochaine formation, ils misent sur un moyen de production beaucoup plus accessible au quotidien.

Comment est né Slice Up?

Elsa et Nicolas ont  été invités par l’ambassade de France en Mauritanie pour venir former neuf journalistes pendant une semaine à Nouakchott, en Mauritanie. Cette formation pratique et professionnelle a permis de faire trois reportages web et de créer la plateforme Visages Mauritanie.

Pour réitérer cette formation avec d’autres jeunes africains, ils ont crée Slice Up afin de leur offrir gratuitement des cours.

L’association Slice Up

Il s’agit d’une association qui forme des journalistes africains indépendants, des blogueurs africains à créer des contenus vidéo efficaces afin d’encourager l’émergence de nouveaux récits sur l’Afrique. Leur marraine est l’actrice Aïssa Maïga.

En somme, Slice Up c’est 30% théorie, 70% pratique, une approche non-pyramidale, une autonomisation rapide des stagiaires, une pédagogie active et collaborative. 

 Vous pouvez encore participer au financement participatif en faisant un clic ici.

Plus d’infos sur l’association Slice Up ici 

2017-07-12T23:07:44+00:00 11 juillet 2017|Categories: Coup de coeur|Tags: , , , , |0 commentaire

Laisser un commentaire