ZOOM SUR LES BOISSONS LOCALES DE COTE D’IVOIRE

///ZOOM SUR LES BOISSONS LOCALES DE COTE D’IVOIRE

Les boissons locales ivoiriennes constituent un pan important de la gastronomie de la COTE D’IVOIRE.

A travers cet article, nous passerons en revue certaines d’entre elles.

 

 

 

Le bissap : Jus de fleur d’hibiscus séchées

Elle est sans doute la plus célèbre des boissons locales ivoiriennes et pas seulement ! De couleur rouge, Le bissap, est conçu à base de fleur de «Dah », ou fleur de «roselle ». Il peut faire l’objet d’un mélange fait maison. L’on peut y ajouter par exemple du jus d’ananas ou de citron et du sucre à son gout. Outre son aspect désaltérant, il est aussi bon pour le sang. Dans certaines régions, il est souvent substitué au vin lors des messes,chez les catholiques.

RECETTE

  1. Rincer le bissap.

  2. Chauffer environ 1.5 à 2.5 litre d’eau jusqu’à ébullition, ajouter 1 à 2 poignées de fleur d’hibiscus(bissap)  jusqu’à totale coloration de l’eau.

  3.  Retirer le bissap du jus de cuisson et laisser refroidir.

  4. Ajouter à votre convenance du sucre de canne et/ ou des arômes tel que de l’extrait de fleur d’oranger, du jus d’ananas, de la menthe… et mélanger.

  5. Mettre au frais pendant quelque heures et servir très frais.

Le Tomidji: Eau de tamarin

Provient de la macération de fruit du tamarinier. Elle se présente sous une coloration plutôt brune, très exotique, elle est non alcoolisée. Pour lui procurer une saveur assez originale, l’on peut y ajouter du jus d’ananas ou de citron. Très légère, elle est beaucoup consommée pendant les moments de chaleurs intenses. Le tomidji est d’actualité lors du ramadan.

RECETTE

  1. Dans un grand bol, mettre 1 tasse de pulpes de tamarin frais avec une tasse d’eau(la moitié du litre) et laisser reposer au moins 30 minutes.

  2. Après 30 minutes, pétrir avec la main les pulpes de tamarin pour en extraire le jus. Ajoutez l’eau restante et mélanger le tout.

  3. Puis utiliser un tamis (ou une passoire) pour filtrer le jus.

  4. et ajouter 1 cuillère à café d’extrait de vanille ou 1 sachet de sucre de vanille

Le Gnamankoudji: Eau de gingembre

Cette boisson de couleur jaunâtre est originaire du Nord de la Cote d’Ivoire. Elle a un gout plutôt relevé « piquant ». Il est recommandé de le consommer frais. On lui confère également des vertus médicinales et aphrodisiaques.

RECETTE

  • Faites chauffer environ 1,5 litres d’eau et quand elle arrive à ébullition, ajoutez

  • 5 cuillerées de gingembre râpé (50 g)

  • Laissez faire la décoction pendant une ou deux minutes et retirez du feu.

  • Laissez reposer pendant 10 minutes.

  • Ensuite, filtrez le contenu, ajoutez le jus de 2 citrons et consommez.

Le Bandji: Vin de palme

Ce n’est rien d’autre que de la sève de palmier. C’est le vin de palme par excellence ! Il est très prisé et répandu, dans les régions forestières ivoiriennes et africaines. Extrait d’un tronc, le liquide fermente rapidement. Il est doté d’un gout acide et agréable. Il a la particularité d’être alcoolisé. Le bandji consommé en excès, produit les mêmes effets que les abus de boissons alcoolisées. Il est historiquement dans nos sociétés africaines, le substitut naturel de la bière.

RECETTE

  1. Dans un pot en terre, mettre les 10 feuilles de laurier avec l’eau de vie (0.3333333 l d’eau de vie) et 350g de sucre; laisser macérer le tout pendant 3 jours 

  2. Au bout des 3 jours, ajouter 1 litre de vin rouge et laisser macérer encore 2 jours.

  3. Filtrer et mettre en bouteille.

  4. A boire bien frais, avec du sheweppes agrumes.

Les boissons locales ivoiriennes, justifient de la richesse et de la diversité de ce pays.

Laisser un commentaire