Harold Varango, créateur de la web-série « Persuasif »

/, Interview, MAW TV/Harold Varango, créateur de la web-série « Persuasif »

En mars dernier « Persuasif » a remporté le prix de la meilleure série étrangère 2016 au Vancouver Web Fest, un festival international de référence pour les séries digitales. La web série s’est distinguée devant une cinquantaine de productions dont une majorité d’américaines.

 

j8tiSynopsis de la sérieIl s’appelle Nathanaël, ne porte jamais de pistolet sur lui et ne parle qu’à bon escient. Homme de sang-froid, le héros de Persuasif se fait un devoir de recouvrir des dettes en usant de la psychologie davantage que de la violence. Pour le moins singulier, ce garçon a également deux compagnes différentes à qui il semble porter une attention sincère. L’une et l’autre perçoivent sa double vie mais sont irrésistiblement attachées à lui et continuent de le fréquenter.

La plupart des épisodes voient Nathanaël dénouer un dossier sensible. Mais sur l’ensemble de la saison, il avance plus difficilement sur une affaire plus explosive que toutes les autres, qui implique le fils du ministre de l’Intérieur.

Ses méthodes brillent par leur ingéniosité, leur audace ou leur imprévisibilité. Mais certaines conséquences de son efficacité ne vont pas tarder à remettre en cause sa thèse selon laquelle il rendrait service à ses cibles.

Persuasif  nous livre une réflexion originale et confronte conscience, morale et manipulation. Que son action soit ou non légale, que peut-on vraiment reprocher à celui qui semble convaincu de rendre les choses meilleures ?


Interview

MAW: Nous avons été surpris de voir que les épisodes duraient en moyenne 7 min. Pourquoi avoir fait ce choix, d’un format court pour la série?

HV: D’une certaine manière, je suis aussi surpris que vous ! C’est venu de la chaîne, qui avait d’abord demandé 5 minutes !
Dans la version de la série que nous avions tournée avant de finalement tenter de prendre contact avec des diffuseurs, les deux épisodes montés duraient 13 et 11 minutes.

Au moment où les discussions ont eu lieu, l’idée qu’il faille faire court sur le Web si l’on veut garder l’attention de l’internaute était encore plus profondément ancrée dans les esprits qu’aujourd’hui.
D’où ce format étrange pour une histoire à tonalité plutôt dramatique.

 

MAW: L’épisode 2 “À l’intérieur” nous a un tantinet fait penser à Kill Bill de Tarantino, par l’atmosphère qui s’en dégageait (scène entre Cathy et Nathanaël). Pourriez-vous nous en dire plus sur  vos inspirations (musique, plan, déco) en tant que réalisateur? Desquels vous êtes-vous servi dans le cadre de la création et la réalisation  de “Persuasif”?

HV: En l’occurrence, la correspondance avec Kill Bill, films que j’ai vus après tout le monde, m’échappe. Vous n’êtes pas les premiers à parler de Tarantino après avoir vu Persuasif. Pourtant, même si j’apprécie ses films, je ne cherche à singer ni ses œuvres ni sa démarche.

En vérité, je serais bien infoutu de vous dire avec précision qui m’influence, même si j’aime tout particulièrement la production cinématographique des années… 1965 à 1980, disons. Je ne me dis jamais « je vais faire comme Truc ou Machin ». Je me l’interdis. Même si à l’arrivée, sans m’en rendre compte, je peux orienter une scène comme Truc ou Machin l’aurait fait.
Ce qui est sûr, c’est que mes influences débordent le cinéma. Dans Persuasif, il y a des choses qui viennent à coup sûr des comics et de la peinture.

Pour la musique, il faudrait poser la question au génial Laurent Sako, qui l’a composée. A part pour le thème des génériques, il a été très libre et a su puiser dans son univers ce qui allait sublimer les scènes.

 

MAW: Nathanaël est un personnage énigmatique et mystérieux qui ne laisse aucun spectateur indifférent. Il parle peu, a des réponses brèves et a un charisme saisissant; ce qui pousse à vouloir en savoir plus sur lui. Pourriez-vous nous dire en quelques mots qui est-il vraiment? Comment décririez-vous ses traits de caractères? En saurons-nous plus sur lui, son passé, ses douleurs et sa pensée dans la prochain saison?

HV: Ce que j’aime bien, dans votre question, c’est que vous considérez comme acquis qu’il y aura une prochaine saison !
Nathanaël ? Je ne sais pas qui il est vraiment. Je le vois comme vous agir. Il me semble vraiment avoir une éthique ou, en tout cas, avoir le souci d’en avoir une. Il avance dans la vie en suivant ses propres règles, ce qui est très différent de n’en avoir aucune.

Il dispose d’un vrai courage physique, d’une forme d’audace qui est peut-être de la folie.
Il est courtois. Je crois qu’il est sincèrement bienveillant malgré un côté très solitaire Ce type-là reste seul même quand, techniquement, il ne l’est pas.
Un drôle de bonhomme. Unique, en tout cas.
Et oui, bien sûr, « dans la saison prochaine », on en saura plus sur lui !

 

MAW: Etant donné que la série n’est pas du genre “science-fiction”, ne contenant pas d’effets spéciaux, qu’est-ce qui fait de Nathanaël un “super héros” (quand on pense aux codes du genre) et pourquoi pourrait-on le définir comme tel?

HV: Je me souviens, oui, avoir évoqué ce côté « super-héroïque ». Disons qu’il tient à deux aspects du personnage, différents bien que voisins.
D’abord il y a ce pouvoir de persuasion étrange parce que implacable. La chose confine au fantastique. C’est une sorte de super-pouvoir, en fait !

L’autre aspect a la particularité de ne pas apparaître à l’écran, du moins pas entièrement. C’est cette capacité du personnage à toujours trouver celui qu’il cherche ou ce qu’il cherche. A l’arrivée, sans que cela soit expliqué, le personnage se retrouve toujours face à sa cible, quel que soit l’endroit où celle-ci se trouve. Il y a du fantôme, chez Nathanaël…

 

MAW: Le milieu dans lequel évolue le personnage principal est – selon nous – aux antipodes de sa personnalité et de son tempérament calme; pourquoi avoir choisi ce milieu de la drogue et de l’argent comme environnement pour “Persuasif”?

HV: Sans pouvoir le savoir, vous posez peut-être mal la question : dans mon esprit, il y a eu le milieu d’abord, et la personnalité du principal protagoniste est venue après, voire bien après. A l’époque où j’ai imaginé la base de l’histoire, j’ai cherché quelque chose de récurrent, qui pourrait constituer à chaque fois le squelette d’un épisode. C’est cette démarche qui m’a fait aboutir à cette idée de recouvrement de dettes. J’étais sur un schéma « une affaire, un épisode ».

Ce qui est amusant, c’est que la version diffusée ne fonctionne finalement pas comme ça : il y a une grande affaire qui court sur toute la saison, et des petites à cheval sur deux épisodes ou un peu plus.

 

MAW: Il est bon de voir en tête d’affiche un héros Africain. On se demande tout de même quelle est la démarche derrière la création d’un programme ayant un personnage principal Noir, d’origine africaine, dans une série française?

HV: Je suis noir et d’origine africaine. Fallait-il vraiment une démarche particulière pour que créant, écrivant, produisant et réalisant une série, je propose un personnage principal noir et d’origine africaine ? Je ne suis pas sûr de saisir la question derrière votre question, mais je me dis que tout doit être sérieusement fucked up dans notre environnement pour qu’il faille s’interroger de la sorte.

Si vous vous demandez si c’est une idée de la chaîne, je vous arrête : la place et toutes les caractéristiques du personnage étaient là, identiques, dès la première version de la série. Après, vous pouvez toujours vous demander pourquoi ARTE a choisi cette proposition-là. Moi, je m’en cogne. Ou plutôt j’ai la prétention de penser que la proposition était tout simplement bonne. Au niveau du pitch, du scénario et des intentions de réalisation.

Je suis satisfait d’avoir contribué à tordre le coup à cette idée rampante selon laquelle les comédiens noirs de France ne pourraient jouer que comme des merdes, mais si jamais il me passait par le crâne l’idée d’une histoire avec rien d’autre que des Sioux à l’écran, je serais tout à fait capable d’aller au bout. C’est la raison pour laquelle j’ai tenu à être producteur en plus d’être scénariste et réalisateur. Pour être plus libre de tourner ce que je désire, et de le faire comme je le préfère. C’est l’idée, en tout cas.

photo-harold-varango-1

MAW: Nous avons beaucoup apprécié la saison 1 et vous remercions d’avoir partagé avec nous cette belle création. Nous trépignons d’impatience à l’idée de découvrir la 2ème saison. Pour quand est-elle prévue?

HV: C’est moi qui vous remercie de nous donner la parole. Sincèrement.
Le directeur éditorial d’ARTE France s’appelle Bruno Patino. Posez-lui la question. Je suis sérieux : posez-lui vraiment la question. La réponse m’intéresse aussi.


Découvrez ici le premier épisode de ce web-polar hypnotique. Et les 11 épisodes de la saison 1 de Persuasif : http://bit.ly/intégralePersuasif
2017-01-06T16:54:59+00:00 17 novembre 2016|Categories: Actualités, Interview, MAW TV|Tags: , , , , |Commentaires fermés sur Harold Varango, créateur de la web-série « Persuasif »