Chivé Soley « la révolution capillaire », un film documentaire à soutenir en crowdfunding

/, Coup de coeur, Interview/Chivé Soley « la révolution capillaire », un film documentaire à soutenir en crowdfunding

Myafroweek est parti à la rencontre de l’équipe réalisatrice du documentaire Chivé Soley.

Chivé Soley « la révolution capillaire » : un film documentaire sur les cheveux crépus tourné en Guyane, Martinique, Guadeloupe et Haïti. Pour aider à réaliser ce projet, un crowdfunding est lancé sur la plateforme Lobiyou.

Chivé Soley

Les origines du projet Chivé Soley et son message

MAW : Bonjour, c’est avec un grand plaisir que je vous reçois pour cette entrevue, pouvez-vous présenter ?

Bonjour à tous, je m’appelle Marie-Sandrine Bacoul. Je suis réalisatrice et monteuse vidéo. Je suis passionnée par la fiction et les films documentaires.  Je ne sais pas ce que je ferai demain, ni où je serai plus tard… Ma seule ambition dans la vie est de travailler pour laisser un monde meilleur à la génération future.

MAW : Pourquoi un film documentaire sur les cheveux crépus aux Antilles ?

En septembre 2014, j’ai proposé au concours vidéo du Festival « La toile des palmistes » un court-métrage nommé « Sur le chemin de la liberté ». Dans ce film, mon héroïne « Nadine » faisait une introspection sur le port de ses cheveux crépus. Ce film a reçu le deuxième prix du Festival. Ça m’a donné envie d’approfondir ce sujet en réalisant un plus long format.

MAW : Votre film documentaire est réalisé aux Antilles pourquoi ce choix (Guyane, Martinique, Guadeloupe et Haïti) ?

Il y a déjà eu beaucoup de film et de reportages réalisés sur les femmes noires et leurs cheveux crépus en Afrique et aux Etats-Unis. Le plus connu est certainement celui de Chris Rock avec son fameux « Good Hair ». A travers Chivé Soley j’ai vraiment envie d’analyser cette mouvance à l’échelle des afro-descendants. A travers leur différentes histoires coloniales ils apporteront je pense, une autre dimension au sujet.

MAW : Pensez-vous qu’avoir des cheveux crépus est une révolution ? Que pensez-vous des femmes et hommes ayant fait ce choix-là ?

Porter ses cheveux crépus naturels ne devrait pas être une révolution ou un acte militant, cela devrait être quelque chose de normal. Si aujourd’hui on le prend comme un évènement c’est parce qu’il dénote avec le modèle dominant des cheveux lisses.

Cette année j’ai participé à la Natural Hair Academy. Après avoir arpenté tous les stands je me suis posée et j’ai observé le salon. En voyant toutes ces femmes arborant fièrement leur chevelure j’ai ressenti une fierté et une certaine admiration. A la vue de toutes ces belles femmes je me suis surtout demandée comment nous avions pu cacher et mépriser durant toutes ses années nos cheveux.

MAW : Est-ce que ce projet n’est pas pour marginaliser les femmes Afros qui se défrisent les cheveux ?

L’objet premier de mon film ne porte pas sur le défrisage (à l’encontre de Chris Rock) mais sur les cheveux afro naturels sous toutes ses formes, ça sera aussi les locks et les tresses par exemple. A travers ce film je souhaite avant tout prouver à la femme qu’elle a le choix. Le choix de les porter tel qu’ils sont. Le choix de les entretenir d’une manière saine. Si demain la petite fille de 4 ans arrive à trouver les cheveux crépus de sa maman beaux et comprendre qu’elle peut aussi faire pareil, alors on aura tout gagné !

Marie-Sandrine Bacoul

Projet de crowdfunding

MAW : Pourquoi avoir lancé un crowdfunding pour ce projet documentaire ?

Si l’idée du film est bonne, sa réalisation coûte cher. Jeune réalisatrice, je n’ai pas encore les moyens financiers de l’auto-produire entièrement. L’essentiel pour moi est d’acquérir au plus vite le matériel vidéo nécessaire pour sa réalisation. Pour cela j’ai donc décidé de faire un appel au don via une plateforme de financement participatif, ce qu’on appel dans le jargon le crowdfunding. Le principe est simple, je demande à toutes les personnes qui ont aimé mes précédentes réalisations ou qui aiment le thème du retour aux cheveux afro naturels, de m’aider en faisant le don du montant qu’il souhaite sur la plateforme LOBIYOU.COM.

MAW:  Combien espérez vous obtenir ?Chivé soley

Pour pourvoir acquérir du matériel vidéo et réaliser un film de qualité il me faut réunir la somme de 25000 euros. La campagne se termine le 19 juillet prochain.

Si ce procédé peut paraître ambitieux et novateur aux Antilles-Guyane, il est rodé depuis quelques années en France Hexagonale, avec des sites comme ULULE ou KISSKISSBANKBANK.

Si des personnes ne sentent pas à l’aise avec la plateforme interactive Lobiyou.com ils peuvent tout de même nous contacter par mail et nous déposer des dons en main-propres : contact@lobiyou.com.

Votre vision

MAW : Quand on vous dit Culture AFRO vous pensez a quoi  ?

Je pense à de la musique, à de la cuisine, à de la danse, à de grands penseurs mais je pense aussi aux lacunes qu’on a emmagasiné durant des années dû à notre ignorance. C’est pour palier à ces lacunes que je m’attache dans ma jeune carrière à faire des films engagés.

MAW: Nous sommes à la fin de notre entrevue, Nous vous  remercions pour le temps que vous nous avez accordé, quel est votre mot de fin?

Quelles que soient vos origines ou celle que vous avez adopté par amour, soyez toujours fière de vous ! L’objet de mon film est de mettre en lumière notre beauté.

Soutenez l’équipe du film Chivé Soley. Si nous ne faisons pas des films qui nous ressemblent ou qui parle de nous, personne ne le fera à notre place. Soyons maître de ce que nous voulons voir à la télévision ou au cinéma.

 

Laisser un commentaire